SCORM et xAPI, quelles différences ?

SCORM et xAPI, quelles différences ?

Une fois que vous avez installé votre LMS, comme LearnDash, et que vos premiers apprenants commencent à produire des résultats à leurs évaluations, vous êtes confrontés à l’analyse et à l’exploitation de ces données. Ou si vous travaillez en temps que prestataires de formation au profit d’une autre entreprise, un rapport sur les prestations des apprenants de l’entreprise sera à coup sûr demandé…

Quelques abréviations utilisées dans cet article

  • SCORM = Scalable Content Object Reference Model, l’ancienne norme pour les données d’e-learning.
  • xAPI = Experience Application Programming Interface, la nouvelle spécification pour les données d’e-learning.
  • LMS = Learning Management System, une plateforme qui offre un accompagnement lors de la sélection, du suivi et de la dispense de formations.
  • LRS = Learning Record Store, l’endroit où vous rassemblez vos données d’e-learning.

La norme des données dans le e-learning: SCORM

Un peu d’histoire: au début de ce siècle, la firme RUSTICI à créé, à la demande du DOD américain (Department of Defense), une norme en matière de e-learning.

Cette norme normalise les communications et les formats d’échange de données, et définit précisément les paquets pour le transfert de fichiers. C’est le format XML qui est utilisé en interne.

La version SCORM 2004 ajoute des fonctionnalités d’ordonnancement du parcours pédagogique qui permettent d’obliger l’utilisateur à passer par certains contenus, mais aussi de lui permettre de s’arrêter à un endroit pour reprendre plus tard.

Nous sommes maintenant plus de 20 ans plus tard (et la version actuelle est SCORM 2004), et cette norme a peu évolué. Cependant elle permet toujours de gérer les données suivantes:

  • le temps que les apprenants ont consacré au module d’e-learning ;
  • le score final qu’ils ont obtenu aux différents tests ;
  • leur réussite ou échec

Ces données, fort limitées, peuvent suffire à la plupart des commanditaires. Cependant, de nombreuses données ne sont ainsi pas exploitées, comme le comportement de l’apprenant dans le module e-learning:

  • temps passé dans un test
  • partage de document
  • détail des réponses à un quiz
  • etc…

Toutes des données exploitables en 2019, dans un univers où l’apprenant ne se contente pas d’utiliser les facilités de la salle d’ordinateurs de son entreprise pour suivre un module e-learning…

L’évolution: xAPI

xAPI est l’acronyme de “Experience Application Programming Interface”, “experience” se référant à l’expérience utilisateur. xAPI a également comme nom “Tin Can”, en référence à ces boites de conserve reliées par un fil de laine et qui permettaient aux enfants de jadis de communiquer à distance.

Ce qui nous indique directement ce que xAPI est réellement: une définition de règles, de protocoles, concernant une transmission de données. Bref … une spécification.

xAPI définit donc deux choses :

  • Le “format” grâce auquel on exprime les données du monde de la formation
  • Les “mécanismes” grâce auxquels on peut transporter ces données d’un système à un autre.

Le format xAPI

xAPI est un format “universel”, produit également par le DOD américain (encore eux…) pour décrire les données issues du monde de la formation. Mais pas n’importe quelles données. On parle ici des expériences d’apprentissage. En d’autres termes, tout “acte pédagogique significatif”.

Pour cela, xAPI propose un format structuré comme un langage humain, sous la forme “sujet” + “verbe” + “complément“. xAPI définit la grammaire de ce langage, c’est-à-dire la structure des phrases. Une phrase est appelée un “statement”, que l’on pourrait traduire par “déclaration”” . En voici quelques exemples :

  • Jean a terminé ce module
  • Jules a réussi ce test en 10 minutes, avec un score de 74%
  • Christophe a répondu « oui » à la question 10 de ce Quiz
  • Micheal et Arthur ont accompli leur mission avec succès en 1h05
  • Anne a assisté à ce cours
  • Julie a partagé ce document

Si xAPI définit une grammaire, il n’en précise pas le vocabulaire. Des référentiels existent, fournissant un vocabulaire de base, extensible à volonté. On peut par exemple définir ses propres verbes, ce qui rend xAPI très flexible. Cette liberté va de pair avec la nécessité de définir des bonnes pratiques si l’on veut ensuite pouvoir exploiter les données générées.

Le LRS

Ces données sont produites, mais n’ont pas de sens sans un système pour les interpréter ! Et avant de les interpréter, il faut pouvoir les stocker…

Ils faut capter ces données dans un LRS afin de les conserver : le LRS se présente donc comme une “base de données” d’apprentissage. C’est un point essentiel du standard, car les données ainsi stockées peuvent ensuite être échangées entre LRS, mais aussi consommées par d’autres applications, par exemple un système de Learning Analytics.

Conclusion

En se développant, le e-learning a développé un besoin de rapports de prestations plus précis que la norme SCORM 2004 le permet. xAPI est ce nouveau standard de transmission de l’information, et est exploité par les LRS.

Close Menu