You are currently viewing Moodle Stories : la classe virtuelle BigBlueButton intégrée dans Moodle [2022]

Moodle Stories : la classe virtuelle BigBlueButton intégrée dans Moodle [2022]

Le gros bouton bleu

Moodle 4.0 a été publié avec comme objectif principal d’améliorer l’expérience utilisateur et, comme vous l’avez peut-être remarqué, la classe virtuelle BigBlueButton est désormais une fonctionnalité standard. Pour l’anecdote, le nom BigBlueButton vient de l’idée que démarrer une classe virtuelle devrait être aussi simple que d’appuyer sur un seul “gros bouton bleu”.

Ce bouton est maintenant présent dans Moodle. Plus précisément, le plug-in BigBlueButton est désormais dans le noyau de Moodle. En quelques clics, vous pouvez ajouter l’activité BigBlueButton à un cours et vous avez un lien vers une salle de classe virtuelle en direct à la demande.

Pour rejoindre la classe virtuelle, les apprenants n’ont qu’à cliquer sur le lien Entrer dans la session. Il n’y a pas de connexion supplémentaire requise, ni de logiciel supplémentaire à installer ! Les étudiants peuvent ainsi rejoindre la session en un seul clic.

En tant qu’enseignant, lorsque vous entrez dans la salle de classe virtuelle BigBlueButton, vous disposez de capacités de modération supplémentaire. En tant que modérateur, vous pouvez par exemple activer le tableau blanc multi-utilisateurs, verrouiller des fonctionnalités des étudiants (telle que la restriction du chat privé) et placer les étudiants dans des salles de groupe de travail à des fins de collaboration. Une fois le cours terminé, votre enregistrement, si vous l’avez définit dans les réglages de l’activités, apparaîtra de manière transparente dans Moodle.

L’intégration et l’interaction se traduisent par une réduction des coûts de support globaux. BigBlueButton fonctionne comme une autre activité de Moodle car il fait partie de Moodle.

BigBlueButton a été intégré à Moodle car il s’agit d’un système de classe virtuelle et non d’un système de visioconférence. Il existe de nombreux systèmes de visioconférence sur le marché, et tous sont conçus pour les besoins des entreprises, et non pour les besoins de l’enseignement et de l’apprentissage en ligne. Et les écarts entre ces systèmes sont devenus très apparents pendant la pandémie…

Une salle de classe virtuelle versus un système de visioconférence

En février 2020, lorsque la pandémie a fermé la plupart des écoles du monde, les éducateurs ont rapidement et brusquement déplacé leurs cours en direct en ligne, un mouvement appelé « enseignement à distance d’urgence » (article en anglais). Les écoles ont opté pour un système de vidéoconférence (tel que Skype, Teams, etc.) pour héberger leurs cours en ligne. Les résultats ne sont pas vraiment devenus ce que l’on peut appeler un succès.

Pourquoi ? Bien qu’un système de vidéoconférence soit adapté pour établir des relations, les besoins d’une classe virtuelle ne sont pas les mêmes que ceux d’une réunion d’affaires. Un système de visioconférence, par nature, n’est pas conçu pour favoriser l’enseignement et l’apprentissage, mais plutôt pour permettre aux participants de se connecter. Les besoins spécifiques de l’enseignant ne sont pas pris en compte, comme par exemple donner des instructions aux élèves pour diriger l’enseignement. Pour combler les lacunes, les enseignants se sont appuyés sur des outils externes pour des tâches telles que l’enregistrement des présences, la création de contenu interactif, la réalisation d’évaluations formatives et la tentative de déterminer quels élèves sont engagés (ou non).

Alors, comment une classe virtuelle répond-elle mieux à vos besoins, à l’enseignant et à vos élèves ? La compréhension des besoins spécifiques d’une classe virtuelle est primordiale. 

Comprendre les besoins de l’enseignant et de l’élève dans une classe virtuelle

Les dimensions critiques de la classes

En tant qu’éducateurs, les dimensions les plus critiques de votre classe sont regroupées en quatre catégories clés : gestion, relations, engagement et évaluation. Plus précisément, une classe virtuelle bien conçue devrait vous aider à répondre aux questions suivantes :

  • comment configurer et gérer ma classe virtuelle pour réussir ma leçon ?
  • comment construire des relations qui favorisent la confiance et la positivité avec et entre les étudiants ?
  • comment puis-je appliquer mes compétences pédagogiques pour inciter (engagement)  les élèves à activer leur cerveau pour l’apprentissage ?
  • comment puis-je évaluer leurs progrès et donner des commentaires en temps opportun ?

Une classe virtuelle devrait également aider vos élèves à atteindre leurs objectifs d’apprentissage ou à répondre :

  • Comment établir la confiance avec les enseignants et les pairs ? (relations)
  • Comment puis-je maîtriser de nouvelles compétences dans un cours en ligne ? (engagement)
  • Comment puis-je obtenir de l’aide lorsque je suis en difficulté? (évaluation)

Les relations sont essentielles pour établir la confiance, et la confiance est essentielle pour permettre aux étudiants de se sentir à l’aise de s’impliquer pleinement aux côtés de leurs pairs dans le cours en ligne. Le concept est que plus nous sommes à l’aise dans le processus de faire des erreurs les uns avec les autres et d’en tirer des leçons, mieux notre cerveau retient les informations correctes. 

Le fait de tomber n’est pas une mauvaise chose, mais ne pas se relever est pire que l’enfer.

Weetchy Alfredo Pierre

Le constructivisme social

Ces concepts sont étroitement liés au fondement pédagogique de Moodle lui-même : le constructivisme social. Martin Dougiamas, PDG et fondateur de Moodle, décrit le constructivisme social en 5 points :

  1. Nous sommes tous des enseignants potentiels ainsi que des apprenants : dans un environnement véritablement collaboratif, nous sommes les deux ;
  2. Nous apprenons particulièrement bien de l’acte de créer ou d’exprimer quelque chose pour que les autres puissent le voir ;
  3. Nous apprenons beaucoup rien qu’en observant l’activité de nos pairs ;
  4. En comprenant les contextes des autres, nous pouvons enseigner de manière plus transformationnelle qui mène au constructivisme ;
  5. Un environnement d’apprentissage doit être flexible et adaptable afin de pouvoir répondre rapidement aux besoins des participants.

Nous sommes des êtres sociaux et la classe virtuelle est un environnement social d’apprentissage. En faisant travailler vos élèves ensemble, comme dans les salles de groupe de travail, les élèves les plus forts agissent en tant qu’enseignants (point 1) et, à leur tour, renforcent leur maîtrise des compétences en expliquant les concepts aux autres membres de leur groupe (point 2). Lors d’une session en direct, lorsque les élèves observent leurs pairs appliquer, lutter et acquérir de nouvelles compétences, cela les aide dans leur parcours d’apprentissage (point 3).

Plus les élèves interagissent avec vous et entre eux, plus leurs personnalités, leurs antécédents et leurs compétences deviennent visibles, ce qui aide les autres à enseigner et à apprendre d’eux (point 4). Enfin, un avantage clé d’un cours en ligne est la possibilité de basculer rapidement entre différentes activités, sondages, salles de groupe de travail, chat, notes partagées, tableau blanc, etc., pour répondre aux besoins des étudiants (point 5).

Comment BigBlueButton aide-t-il l’enseignant à enseigner et l’élève à apprendre ?

Examinons à nouveau les quatre domaines critiques pour un enseignant et montrons comment BigBlueButton peut l’aider :

Gestion : configurer ma classe pour réussir

  • pré-télécharger des diapositives ;
  • pré-configurer les paramètres de verrouillage ;
  • diapositives intelligentes (BigBlueButton peut détecter les questions dans vos diapositives et générer un sondage d’opinion).

Engagement : activer le cerveau des élèves pour l’apprentissage

  • salles de travail de groupe ;
  • tableau blanc multi-utilisateurs ;
  • vote ;
  • émojis/Lever la main ;
  • chat public/privé ;
  • notes partagées.

Relations : favoriser la confiance avec et entre mes élèves

  • partage de webcams dans la salle principale et les salles de travail de groupe ;
  • restreindre le partage des webcams au seul enseignant (cela donne à un enseignant une plus grande présence dans la classe).

Évaluation : déterminer mes élèves qui ont des difficultés afin que je puisse apporter une aide en temps opportun

  • tableau de bord d’analyse de l’apprentissage ;
  • l’achèvement des activités dans Moodle est basé sur le temps passé dans la classe virtuelle (voir la note ci-dessous).

Pour des tutoriels et des vidéos sur la façon de faire ce qui précède dans BigBlueButton, voir https://bigbluebutton.org/videos .

Remarque : votre administrateur Moodle doit activer l’achèvement de l’activité dans les paramètres du plugin BigBlueButton et tester que le serveur Moodle peut recevoir les données de réunion du serveur BigBlueButton.

Tenir la promesse d’une classe virtuelle

BigBlueButton et Moodle sont tous deux guidés par la pédagogie et le constructivisme social. Les deux visent à aider l’enseignant à enseigner et l’apprenant à apprendre en comprenant ses besoin dans le contexte d’une salle de classe, physique et virtuelle.  

Et plus important encore, les deux sont des mouvements open source qui partagent la même philosophie de donner aux enseignants les moyens d’améliorer notre monde par l’enseignement.

BigBlueButton est né en 2007 avec l’ambition de construire une nouvelle génération de salles de classe virtuelles. La réalisation de cet objectif dépend des retours de l’utilisateur le plus important : l’enseignant. Si vous avez des suggestions ou des commentaires, n’hésitez pas à contacter Fred Dixon, chef de produit pour BigBlueButton, à ffdixon@bigbluebutton.org .  

Moodle LMS 4.0 est livré avec un hébergement gratuit de BigBlueButton, fourni par Blindside Networks (les créateurs de BigBlueButton). L’hébergement gratuit offre des analyses des utilisateurs sur la participation (via le tableau de bord Learning Analytics), des limites de session de 60 minutes (25 utilisateurs maximum par session), des webcams réservées aux modérateurs et des enregistrements non téléchargeables de sept jours. L’alternative est d’installer vous-même un serveur BigBlueButton ou de faire appel aux services payants d’une société tiers.

Conclusion

J’espère que ces quelques lignes ont pu vous donner une bonne idée de l’utilité de BigBlueButton comme classe virtuelle.

Un prochain article vous expliquera comment utiliser ce plugin !

Des questions ? N’hésitez pas à me contacter

Les informations ont été pour la plupart tirées du site officiel de Moodle, traduit et agrémenté de mes commentaires.